Au Cambodge, le chef du parti d’opposition a été arrêté la nuit dernière pour trahison, point d’orgue de plusieurs semaines de répression sur la société civile. A un an des élections, le Premier ministre Hun Sen ne veut prendre aucun risque de perdre le pouvoir.

Mon papier diffusé le 4 septembre 2017 dans le journal de 18h de France Culture: